Une étude montre que les enfants fans de Metal des années 80 sont devenus des adultes mieux équilibrés


Quand quelqu'un évoque la musique heavy metal, on pense à des instruments bruyants, à des jurons et à la consommation de drogue et d’alcool. Ce genre était particulièrement populaire dans les années 1980.

C’est la raison pour laquelle le PMRC (The Parents Music Resource Center), une organisation cofondée par Tipper Gore et les épouses de plusieurs autres grossistes de Washington, a lancé une campagne politique contre toute musique qui promouvait des choses « négatives ».

L'objectif du PMRC était de mettre des étiquettes d'avertissement sur toutes les pochettes d’album des musiques visées. Quelques artistes pop ont été ciblés, mais la majorité des artistes ciblés était des groupes de heavy metal des années 1980, notamment Judas Priest, Mötley Crüe, Twisted Sister, W.A.S.P, Def Leppard, Black Sabbath et Venom.

Certains artistes ont contre-attaqué. Dee Snider, le chanteur de Twisted Sister, a ainsi comparu devant le Congrès en 1985 et a accusé le PMRC d’avoir mal interprété les paroles de son groupe et de mener une fausse guerre contre la musique metal. Maintenant, plus de trois décennies plus tard, il semble que Snider ait eu raison.

Donc, plus de trente ans plus tard, qu’est-il advenu de ces enfants métalleux ?

Si l’on croit les dires du PMRC, ils devraient être tous morts, toxicomanes ou en prison, n'est-ce pas ? Et bien c’est faux !

Des chercheurs en psychologie de l’État de Humboldt, de l’État d’Ohio, de UC Riverside et de l’UT d'Austin ont entrepris une étude portant sur les fans de heavy metal des années 1980, et les musiciens. Au total, 377 participants ont été étudiés et les résultats montrent que, même si les amateurs de metal vivaient des vies plus risquées dans leur enfance, ils étaient beaucoup plus heureux dans leur jeunesse et mieux adaptés que des jeunes du même âge qu’eux.

La seule conclusion que les chercheurs ont pu tirer de cela est que la participation à des cultures marginales peut renforcer le développement de l'identité chez les jeunes en difficulté. Sans parler du fait que les paroles de heavy metal ne transforment pas facilement les enfants en biens endommagés, comme l'ont suggéré de nombreuses personnes, telles que le PMRC.

Dee Snider (avec Rock Meets Classic) - We're not Gonna Take It - Live at Wacken Open Air 2015


Source


Licence Creative Commons

Créé le 01/09/2019 à 21:53:30

Commentaires

Sur le même sujet

Card image cap
Sur Instagram, des modèles se suicident à cause des likes

01/12/2019 à 10:22:19

Card image cap
Une chaîne de télévision fait la promotion des puces sous-cutanées

25/11/2019 à 23:36:34

Card image cap
Une discothèque attaquée à la machette par plusieurs personnes

25/11/2019 à 23:06:36

Rechercher

Publicité

Twitter

Facebook

Aidez-nous !

Partenaire