Des enfants kidnappés en Afrique pour des rituels vaudous


Des centaines d'enfants sont kidnappés en Afrique et vendus au Royaume-Uni pour des rituels vaudous, a déclaré un membre des Nations Unies, s'inquiétant du nombre de pédophiles britanniques qui s’en prennent aux enfants à l'étranger.

Le Comité sur les droits de l'enfant (CDE) des Nations Unies a exhorté la Grande-Bretagne à en faire davantage pour mettre fin à cette forme brutale et inquiétante de traite d’êtres humains.

« Nous sommes préoccupés par des informations selon lesquelles des centaines d'enfants ont été enlevés de leurs familles en Afrique et victimes de la traite au Royaume-Uni, en particulier à Londres, pour des rituels religieux », a déclaré jeudi Kirsten Sandberg, chef du CDE et ancien juge de la Cour suprême de Norvège.

Elle a déclaré que la traite à des fins rituelles faisait partie d'un problème plus vaste impliquant des milliers de mineurs amenés au Royaume-Uni, qui finissent par être des enfants prostitués ou victimes d'exploitation sexuelle.

Le CDE a déclaré que la Grande-Bretagne devrait « renforcer la capacité des autorités répressives et judiciaires afin de détecter et de poursuivre le trafic d'enfants à des fins d'exploitation sexuelle, entre autres formes de travail, y compris à des fins rituelles ».

Des enfants amenés d'Afrique au Royaume-Uni ont été torturés et maltraités, souvent dans le cadre de rituels de sorcellerie, selon l'AFP.

Victoria Climbie, originaire de Côte d'Ivoire, a été tuée par ses propres parents en 2000 car ils pensaient qu'elle était une sorcière.

Plus récemment, en mars 2012, Eric Bikubi et Magalie Bamu, tous deux originaires de la République démocratique du Congo, qui avaient déménagé à Londres, ont été reconnus coupables du meurtre du frère adolescent de Magalie, Kirsty.

L’accusation a affirmé que Bikubi avait une croyance « profonde et troublante » en la sorcellerie et bien que la défense ait affirmé que Bikubi souffrait de schizophrénie, le juge a condamné les deux accusés à la prison à vie.

Un an plus tard, la police métropolitaine a retrouvé le corps démembré d'un garçon nigérian dans la Tamise, qui, selon eux, avait été victime d'un rituel.

Le CDE a également mis en garde contre le nombre de pédophiles britanniques qui se rendent à l'étranger, notamment en Asie du Sud-Est, en particulier au Cambodge et en Thaïlande, pour avoir des relations sexuelles avec des enfants. Les orphelinats sont une destination privilégiée où les prédateurs sexuels peuvent s'en prendre aux enfants vulnérables.

« Il y a des rapports persistants selon lesquels des citoyens du Royaume-Uni, y compris des délinquants sexuels condamnés, ont créé des œuvres de bienfaisance ou se sont rendus à l'étranger, où ils agressent sexuellement d’enfants », a déclaré Sandberg.

Elle a appelé le gouvernement britannique à s'unir pour renforcer l'identification, les enquêtes et les poursuites des citoyens britanniques impliqués dans de tels crimes, tout en veillant à ce que les pédophiles condamnés et reconnus ne se rendent pas à l'étranger.

Le gouvernement britannique a déclaré que les nouvelles ordonnances pouvaient désormais être appliquées aux personnes considérées comme présentant un risque, même si elles n'ont jamais été condamnées pour de telles crimes.

Un groupe national dirigé par le Home Office examinera les moyens par lesquels la police et d'autres agences peuvent mieux détecter et combattre les délinquants sexuels.

« Nos deux nouvelles ordonnances de prévention civile faciliteront la limitation des mouvements et des activités de toute personne présentant un risque d'atteinte sexuelle sur des enfants et des adultes - et pas seulement à ceux qui ont été reconnus coupables d'infractions sexuelles », a précisé Norman Baker, responsable de la prévention du crime, dans un communiqué.

En 2011, un journaliste de la BBC se faisant passer pour un trafiquant d’enfants avait sillonné les bars et les cafés de la pègre de Kampala en Ouganda. Il avait trouvé un ravisseur qui se vantait de pouvoir « offrir autant d’enfants que nécessaire » sans que la police ne le sache pour 15 600 $ l’enfant.


Source


Licence Creative Commons

Créé le 05/08/2019 à 06:41:55

Commentaires

Sur le même sujet

Card image cap
Victime d’un viol, elle est violemment attaquée par des activistes pro avortement

03/11/2019 à 10:49:13

Card image cap
La cour du Texas ordonne à un père d'élever son fils comme un transsexuel

03/11/2019 à 10:27:43

Card image cap
Une drag queen dévoile ses parties génitales devant des enfants

03/11/2019 à 09:45:21

Rechercher

Publicité

Twitter

Facebook

Aidez-nous !

Partenaire