Le président philippin s’attaque violemment à l’Église Catholique


Le président philippin, Rodrigo Duterte, a poursuivi sa campagne contre l'église catholique. Il a de nouveau qualifié les évêques catholiques de « fils de pute » et a demandé à l’Église d'autoriser les relations entre personnes de même sexe, car « la plupart d'entre eux sont homosexuels ».

Duterte, qui s'identifie vaguement comme un théiste mais qui a été élevé dans la religion catholique, avait auparavant menacé de tuer des prêtres catholiques les accusant d’usage de drogue (il n'avait pas fourni de preuve à l'appui de sa plainte) et avait encouragé les Philippins, catholiques à 85%, à quitter l'Église. Récemment, il a exhorté ses citoyens à commettre des vols à main armée contre des évêques.

Duterte a fait ses dernières déclarations contre le Vatican lors d'un événement célébrant l'inauguration des travaux sur un site où le gouvernement construira une nouvelle école à Manille. Plutôt que de parler de cette école, il a déclaré à son auditoire : « Je peux seulement dire que les évêques sont des fils d'évêques, allez au diable ».

« La plupart d'entre eux sont homosexuels », a-t-il poursuivi. « Ils devraient fait leur coming out, annuler le célibat et leur permettre d'avoir un petit ami. »

Il a ensuite mentionné l'un de ses livres préférés - Altar of Secrets, un ouvrage relatant les abus sexuels commis sur des enfants dans l'Église catholique - et a dit aux évêques de la nation : « S'ils peuvent trouver quelque chose qui ne va pas ici, attendez la Semaine Sainte, je les crucifierai moi-même à Bulacan. »

Aux Philippines, de nombreux catholiques célèbrent le Vendredi saint en faisant eux-mêmes l'expérience de la crucifixion. Ils se laissent crucifier pendant quelques heures avant d'être décroché pour éviter la mort. Certains dévots se soumettent à cette torture chaque année.

Le site philippin Rappler rapporte que Duterte avait évoqué son dégoût pour le catholicisme lors d’une fête d'anniversaire du gouverneur Antonio Kho de Masbate.

Duterte a de nouveau critiqué les chefs religieux. Il s’était rappelé qu’un prêtre l'avait soi-disant traité de démon et avait souhaité sa mort lors d'une homélie. « Tuez tous ces évêques là-bas. Ils sont inutiles », a déclaré Duterte.

En novembre, Duterte n’a pas ciblé uniquement les dirigeants catholiques, mais la foi elle-même, se moquant de la célébration de la Toussaint (1er novembre).

« Ces catholiques féroces, pourquoi observent-ils le Jour de toutes les âmes et le Jour de la Toussaint ? Nous ne savons même pas qui sont ces saints. Qui sont ces saints stupides ? Ils ne sont que des ivrognes », a déclaré Duterte, cooptant cette fois un événement annonçant des secours humanitaires après un typhon mortel. « Restez avec moi. Je vais vous donner un saint patron pour que vous puissiez arrêter de chercher. Prenez une photo de moi et placez-la sur l'autel - Santo Rodrigo. »

Avant d'assumer la présidence, Duterte a déclaré aux journalistes, lors d'une interview, qu'il avait été élevé dans la religion catholique mais qu’il avait « perdu [mon] innocence » par un prêtre qui l'avait agressé sexuellement dans sa jeunesse.

Le prêtre qu'il a identifié comme son agresseur a ensuite fait face à des accusations similaires après son retour dans son pays d'origine, les États-Unis, mais il est décédé dans les années 1970, ne laissant aucun recours juridique à ses victimes présumées.


Source


Licence Creative Commons

Créé le 22/01/2019 à 23:08:33

Commentaires

Sur le même sujet

Card image cap
Des élus se moquent ouvertement de l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame

16/04/2019 à 22:37:21

Card image cap
Sauvons Notre-Dame de Paris

15/04/2019 à 22:18:13

Card image cap
État Islamique - Une femme accusée d’avoir laissé mourir une enfant qui était son esclave

13/04/2019 à 09:43:21

Rechercher

Publicité

Twitter

Facebook

Aidez-nous !

Partenaire