Filtre : Société

Un évêque italien : « Je transformerais toutes les églises en mosquées pour sauver les migrants »


ROME - Un évêque italien a déclaré qu'il serait prêt à voir la fin du christianisme et la domination de l'islam si cela pouvait sauver la vie des migrants, ont rapporté les médias italiens.

« Moralement et en tant qu'homme de foi, je serais prêt à transformer toutes les églises en mosquées si cela était utile à la cause et si cela aidait à sauver la vie des pauvres et malheureux hommes et femmes, parce que le Christ n'est pas venu sur terre pour construire des églises, mais pour aider les hommes sans distinction de race, de religion ou de nationalité », a déclaré l'ancien évêque de Caserta, Raffaele Nogaro, au début de ce mois de juillet 2018.

« Au lieu de cela, il y a des politiciens qui, dans leurs discours, continuent à prêcher la déportation et le pire est qu'ils le font avec le chapelet en main et prononcent le nom de Dieu en vain, ce qui constitue un péché très grave », a déclaré Nogaro. en référence à une photo célèbre du ministre de l'Intérieur Matteo portant, dans ses mains, un chapelet.

Au cours de la campagne qui a précédé les élections du 4 mars 2018, Salvini, le dirigeant du parti de la Ligue, a brandi un rosaire et juré sur les Évangiles chrétiens et la constitution italienne en s'adressant à une énorme foule rassemblée devant la cathédrale de Milan.



Lire

Un réfugié Afghan viole une enfant âgée de 4 ans


Un demandeur d'asile afghan a fui l'Allemagne pour la Suède et s'est enregistré sous une nouvelle identité après avoir été accusé d'avoir abusé sexuellement de la fille de quatre ans du couple qui prenait soin de lui.

Ahmed M. affirmait n'avoir que 12 ans lorsqu'il est entré en Allemagne en 2016. C'est une autre histoire de confiance abusive et d'erreurs bureaucratiques qui ont permis à ce monstre d'abuser librement d'une enfant alors qu'il jouait à un jeu avec elle.

Il a été recueilli par une famille catholique à Berlin, avec plusieurs autres mineurs afghans, peu de temps après son arrivée sur le territoire.

En juillet de l'année dernière, il a été laissé seul pour l'après-midi avec Emily, la petite fille de la famille d'accueil.

Le jour suivant, l'enfant a dit à sa mère qu'elle avait joué au « docteur et à l'infirmière » avec Ahmed.

Elle a été emmenée voir un médecin spécialiste à la clinique pour enfants de Buch.

La clinique a déclaré dans son rapport intitulé « Suspicion urgente d'abus sexuel » que la victime a indiqué que ce n'était pas la première fois qu'elle avait été abusée par le réfugié qui affirmait aux autorités être né le 1er janvier 2004 à Kaboul.

D'autres réfugiés afghans dans la maison de la famille ont affirmé qu'ils l'avaient déjà vu agresser la jeune fille par le passé. Depuis, une enquête de la police a été ouverte.

Les agents ont noté la taille de l'agresseur, et le fait qu'il avait les débuts d'une moustache. De ce fait, ils doutaient sérieusement qu'il n'était âgé que de 13 ans au moment de l'agression présumée de la jeune fille.

À 13 ans, il n'avait pas encore atteint l'âge de la responsabilité légale, mais le procureur Corinna Gögge a rejeté une demande du père d'Emily de le forcer à passer un test pour déterminer son âge réel. Plus tard, parce qu'il a nié les accusations qui pesaient contre lui, l'enquête a été abandonnée.

En décembre de l'année dernière, l'Allemagne lui a délivré de nouveaux documents de résidence temporaire indiquant qu'il était né six mois plus tard qu'il ne l'avait déclaré à l'origine.

Peu de temps après, il s'est enfui à Malmö, en Suède, où il s'est enregistré en tant que réfugié en utilisant le nom de Ahmed M. - et en affirmant être né en 2005.

La famille en Allemagne qui l'a accueilli a demandé à la Suède d'enquêter. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de réponse de la part des autorités suédoises.

Photo : Bild ©



Lire

Rechercher

Twitter

Publicité

Partenaire