Une réunion contre le racisme organisée par des étudiants interdite aux blancs !


Les étudiants de l'Université de Georgetown ont récemment tenu une réunion pour parler d'une nouvelle proposition des responsables de la faculté d'armer la police du campus. Les organisateurs ont indiqué que les blancs n'étaient pas autorisés à y assister.

Cette réunion, dont l'existence a été révélée par Robby Soave au Reason Magazine, a eu lieu à la fin du mois d'avril 2018 et était organisée par le groupe d'étudiants baptisé Georgetown United Against Police Aggression.

La description de l'événement sur Facebook indiquait explicitement que les étudiants blancs ne seraient pas autorisés à y participer, même ceux qui partagent les croyances du groupe sur les agressions policières en tant que question politique.

« Il est temps de parler. Nous avons tous une histoire sur le GUPD (Georgetown University Police Department). Nous connaissons tous quelqu'un qui en a été victime. Faisons quelque chose à ce sujet. Venez ce mardi pour l'intérêt de la communauté et pour discuter. Cette réunion va centrer les voix et les expériences des étudiants de couleur. Nos alliés [les blancs, NDLR] qui luttent pour la sécurité des étudiants de couleur ne sont pas les bienvenus à ce dialogue préliminaire. »

Georgetown United Against Police Aggression est actuellement engagé dans une bataille contre les responsables de l'école. Ils veulent contrer une politique proposée qui impliquerait l'armement de la police du campus de cette université privée. Le groupe soutient que l'armement des agents de police du campus constituerait une menace pour les minorités étudiantes.

Toutefois, certains étudiants souhaitent que les officiers soient armés sur le campus à la lumière des récentes fusillades survenues dans les écoles. Un autre groupe d'étudiants, les Advocates for Responsible Defense de Georgetown, a écrit une lettre au président de l'université pour lui demander d'armer la police de l'école afin qu'ils soient mieux équipés pour gérer une situation qui impliquerait un tireur potentiel.

« À la lumière des événements récents, une personne raisonnablement prudente s'assurerait que le département de police du campus, comme pratiquement tous les autres services de police à travers le pays, ait des officiers correctement formés et armés », lit-on dans la lettre qu'ils ont publiée.



Lire

Le gouvernement italien interdit aux francs-maçons


Le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue, les deux partis politiques arrivés en tête lors des récentes élections générales en Italie, ont pris une curieuse décision quant à la constitution de leur gouvernement.

Leur code éthique, dévoilé le 18 mai 2018, interdit l'accès au gouvernement de personnes condamnés pénalement mais aussi aux membres de la franc-maçonnerie italienne

Le Grand Orient d'Italie a naturellement déploré cette décision et qualifie cette clause « contraire aux principes constitutionnels ». Selon cette organisation, cela « rappelle les lois fascistes que les francs-maçons ont toujours dénoncées et qui représentent les conséquences d'une dérive liberticide dangereuse ».

« Ceux qui pensent utiliser à des fins politiques une campagne contre les francs-maçons pour les empêcher d'exercer leurs droits élémentaires, commettent un abus et devront en assumer la responsabilité. »

Photo : © @GrandeOrienteit

 



Lire

Rechercher

Twitter

Publicité

Partenaire